Deviens qui tu es ! | Laurent Madiot
26
page,page-id-26,page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,qode-core-1.0.1,ajax_fade,page_not_loaded,,brick child-child-ver-1.0.0,brick-ver-1.3, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,side_menu_slide_from_right,fade_push_text_top,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.1,vc_responsive

LE DESTIN MOYEN D’UN MEC FABULEUX

Chansons et interprétation Laurent Madiot

Mise en scène et conception Aude Léger

Textes Laurent Madiot, Valère Novarina, Jacques Prévert (en cours) 

Scénographie et costumes Jane Joyet

Régie Clément Commien

 

Production Collectif Autruche

Avec le partenariat du Théâtre du Chevalet à Noyon, de la Manekine à Pont-Saint-Maxence, de la ville de Morsang sur Orge et de la Maison du Conte à Chevilly-Larue. Autres partenariats en cours.

INTERVIEW

Aude Léger Le destin moyen d’un mec fabuleux c’est quoi ?

Laurent Madiot : Un spectacle avec juste moi. Et mes instruments. C’est l’histoire d’un homme qui voudrait tout le temps être ailleurs et tout le temps être quelqu’un d’autre. C’est un homme qui rêve. J’aime bien cette phrase de Gainsbourg : « Quand on n’a pas ce que l’on aime, faut aimer ce que l’on a. »L’idée est de parler, de chanter, de me taire aussi et de partager des images avec le public. Ces dernières années, j’ai beaucoup joué dans des spectacles musicaux de chansons, avec mon groupe Les fouteurs de joie bien sûr mais aussi avec The Joe’s, The Nino’s ou plus anciennement avec Le petit monde de Georges Brassens. Après toutes ces expériences, j’ai eu envie de deux choses : me coltiner à une forme solo d’une part et à un spectacle dont la dimension théâtrale serait plus présente et approfondie d’autre part. Il y a comme une logique à cette envie artistique : revenir au théâtre et au récit, ce par quoi j’ai commencé il y a plus de vingt ans. J’ai débuté ce métier en montant la troupe du Phénix, en jouant et en écrivant. Ce projet n’est donc pas un pas de côté, c’est un retour à quelque chose que je connais bien, enrichi de la dimension musicale qui fait maintenant partie de moi. Le théâtre m’a manqué, j’y reviens, tout naturellement.

AL :Un seul en scène donc ?

LM : La forme solo me permet aujourd’hui de proposer au public un projet plus personnel. J’aimerais que ce soit le spectacle de mes rêves, un spectacle où je ferais toutes les choses que j’ai toujours eu envie de faire sur scène. Cela peut sembler naïf de dire cela mais le point de départ du spectacle était de rassembler de la matière diverse; des chansons, des textes, des idées, des choses écrites toutes ces dernières années, en tournée ou dans mon jardin et de construire et d’inventer un spectacle avec tout ça. Et avec toi bien sûr. Tu veux bien ?

AL : Oui d’accord je veux bien.

AL : Des chansons, des textes, des numéros foufous, un spectacle hybride donc ?

LM : Dans la forme, dans l’écriture, ce spectacle sera très certainement difficile à classer. Entre conte, théâtre, cabaret et cinéma je dirais. Fragmenté dans la forme c’est certain. J’aime cette idée de ne pas s’appesantir sur des situations, des personnages. Mais de les traverser, de les prendre en cours ou de les quitter avant une résolution. De générer une frustration narrative. De ne pas tout raconter, tout expliquer. Mais la gageure est de tirer un fil entre tous ces divers matériaux afin d’en faire un ensemble cohérent et construit. Tu seras le trait d’union.

AL : Le trait d’union. Je comprends pas.

LM : C’est-à-dire que nous inventerons ensemble la dramaturgie qui rendra cette matière cohérente. Nous chercherons à créer des échos, des contradictions et des récurrences. Nous devrons trouver la nécessité des enchaînements et des correspondances poétiques entre les fragments. Ma musique, mes textes et mes chansons feront également office de lien. Ton regard à la fois précis et exigeant – si je puis me permettre – de metteur en scène m’a vraiment frappé lorsque nous avons travaillé ensemble sur le spectacle La tête de l’emploi. Tu as une façon singulière de lutter contre la pesanteur des choses qui m’a touché.

AL : Merci. Sympa. Un silence. L’interview reprend.

AL : Pourquoi ce titre : le destin moyen d’un mec fabuleux ?

LM : J’aime quand ça rigole beaucoup à certains moments et pas du tout à d’autre. Je pense que je suis profondément comme ça, et j’aimerais que le public puisse le ressentir dans ce spectacle. De l’humour donc et de la profondeur. Dans la lignée des spectacles que j’ai pu faire avec avec Les Fouteurs de joie.

AL :Mais tu m’as pas répondu, pourquoi ce titre ?

LM : Je sais pas. Je l’aime bien.

AL : Ah d’accord. Et de quoi ça parle ?

LM : Vouloir être quelqu’un d’autre. Vouloir être tout le temps où l’on n’est pas. Vouloir être quelqu’un qu’on n’est pas. Ca parle du quotidien et du fabuleux, de l’amour aussi bien sûr. De mes envies de voyage, de rêves. Du temps qui passe. De beaucoup de choses finalement. Comme un journal intime fantasmé. Je suis (peut-être) au milieu de ma vie et c’est le bon moment pour moi de parler de tout ça. Sans nostalgie mais avec la conscience du temps qui passe et l’envie d’en profiter.

AL :Qu’en est-il des chansons, du travail musical ?

LM : Nous avons pioché dans mes tiroirs et un peu aussi dans mes albums précédents, une douzaine de chansons écrites à différentes périodes. Il y aura également deux reprises (surprise). Et puis j’ai toujours rêvé de jouer du Bach au tuba. Et bien je vais le faire dans ce spectacle. Voilà pour la matière musicale. A agencer avec tout le reste bien sûr de façon cohérente, comme pourrait le faire un monteur de cinéma en trouvant la meilleure façon d’enchainer les séquences d’une même histoire. Et puis avec Clément Commien, nous allons créer une bande sonore qui viendra également faire le lien et enrichir la dimension acoustique du projet.

 

F

DEVIENS QUI
TU ES !

 

Seul en scene de et avec Laurent Madiot
Création au Festival d’Avignon 2015

Seul en scène musical et humoristique de et avec Laurent Madiot.
Mise en scène : Jeanne Plante
Création lumières : Jérôme Jouvent
Collaboration artistique : Anne-Laure Czapla
Costume (petite sirène) : Martha Roméro
Photos et graphisme : Marylène Eytiers
Production : Collectif Autruche

RESUMÉ

« Il était une fois un petit garçon qui rêvait de devenir un héros et de rencontrer une princesse… »
Ainsi commence ce conte musical humoristique…
De situations incongrues en événements familiers, de personnages
décalés en chansons corrosives, dans cette comédie du quotidien,
Laurent MADIOT va tenter de « devenir qui il est ! ».

NOTE D’INTENTION

« J’écris des chansons et je suis comédien.
Tantôt sur les scènes pour y chanter, tantôt pour y jouer. Une envie profonde et lointaine me dicta d’écrire ce spectacle, mêlant chansons et théâtre ;
Une comédie musicale pour un interprète, plusieurs personnages et des chansons.
J’y raconte avec humour mon parcours. Le parcours d’un homme qui s’est longtemps cherché.
Une route parsemée de fantasmes, d’envies, une route qui m’a fait avancer certes mais dériver aussi. Dériver loin de moi.
J’y raconte la quête d’un homme qui tente de devenir soi.
Avec ce nouveau spectacle, je souhaite concilier mon amour du théâtre avec celui de la chanson en mettant en valeur le « clown » qui est en moi ! »

Laurent MADIOT

Fiche technique

DEVIENS QUI TU ES ! a été créé le 28 fév 2015 dans les salons du château de Morsang/Orge.
Résidences de création à Morsang/Orge (91) en Fév 2015 & à la M.C.L de Gauchy (02) en sept 2014.
Avec le soutien du Conseil Général de l’Essonne, de F2F Music, du CNV et de la SACEM.