Deviens qui tu es ! | Laurent Madiot
26
page,page-id-26,page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,qode-core-1.0.1,ajax_fade,page_not_loaded,,brick child-child-ver-1.0.0,brick-ver-1.3, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,side_menu_slide_from_right,fade_push_text_top,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.1,vc_responsive

LE DESTIN MOYEN D’UN MEC FABULEUX

Livret, chansons et interprétationLaurent Madiot

Mise en scène, collaboration à l’écritureAude Léger

Scénographie, costumes Jane Joyet

Création des lumièresLéandreGarcia-Lamolla

Régie générale Clément Commien

Durée 1 heure

Salles partenaires: (Accueils résidences et co-prod), la maison du conte de Chevilly-Larue (94), la Manekine Scène intermédiaire de Pont St Maxence (60), la ville de Morsang/Orge (91),  le théâtre du Chevalet à Noyon (60) et l’Iris à Francheville (69)

Production Collectif Autruche, avec l’aide du Conseil Départemental de l’Essonne et de la SPEDIDAM (Aide enregistrement B.O)

(Autres partenaires en cours).

 

« J’ai toujours été fasciné par les émissions « Striptease ». Ces êtres humains improbables et touchants, ces héros du quotidien qui à leur façon ont le génie de pousser leur part d’enfance jusqu’au paroxysme.

Ils ont un côté Don Quichotte qui me bouleverse. Je voudrais par ce spectacle évoquer nos mondes intérieurs riches, attaqués par le monde de la consommation. Je crois qu’on est tous plus ou moins des êtres fabuleux même si nos destins boitent un peu. » LMadiot.

 

PITCH

Un homme veut rendre le monde plus beau en devenant colleur d’affiches « artistiques ». Mais il se heurte à la beauté des mannequins des publicités qu’il est censé recouvrir… Va-t’il poursuivre son idéal ou succomber à l’appel des sirènes de la consommation ?

INTERVIEW

Le curieux Le destin moyen d’un mec fabuleux,c’est quoi ?

Laurent Madiot Un spectacle musical inspiré par « Don Quichotte ».

Le curieux Une adaptation ?

LM Non une évocation, un point de départ pour l’écriture. Le personnage qui vient sur scène a de sérieux moulins à vent à combattre : Le monde de la consommation. Il s’est bricolé un costume aux allures d’uniforme, il débarque d’une boîte un rien bancale qui pourrait s’appeler Rossinante, le nom du cheval du célèbre Hidalgo.

Il est accompagné d’un oiseau alcoolique qui a peur de voler (Sancho Panza ?). Il reçoit régulièrement de mystérieux coups de téléphone. Qui est cette personne au bout du fil qui le sort des ornières de la narration dans lesquelles il trébuche souvent ? (Dulcinée, sa metteuse en scène ?)

Le curieux Et Don Quichotte, ce serait vous ?

LM Mon clown ; un clown musical, un personnage solidement fragile qui hésite, lutte, chante quand il tombe, se relève et s’égare à nouveau, joue de la trompette. Un mec fabuleux quoi ! Un Don Quichotte.

Le curieux Et donc, un seul en scène ?

LM Oui ! Raz le bol des autres. (rires)Après de nombreuses années d’aventures musicales en groupe (Les Fouteurs de joie, The Nino’s, The Joe’s…) ou théâtrales (Le Petit Monde de G.Brassens, La Tête de l’Emploi, entre autres), j’ai envie de créerune forme solo qui me ressemble. J’ai envie de chanter tout en jouant la comédie et de faire le clown en parlant de choses sérieuses.

Le curieux Et pourquoi ce titre : le destin moyen d’un mec fabuleux ?

LM J’adore. Ça fait conte de fée boiteux. Ça raconte bien le spectacle. C’est un pied de nez à notre monde aujourd’hui qui a besoin de héros aux vies exemplaires. Au delà de la destinée, c’est l’humain qui m’importe. On devrait tous être des Don Quichotte et vouloir changer le monde. Essayer tout au moins…

L’Inconnu  Et donc un spectacle musical ?

LM Oui. J’écris des chansons et je joue la comédie depuis toujours. J’aime l’idée d’associer les deux. En plus, j’ai la chance de jouer mal de plusieurs instruments. J’aimerais en faire profiter le public. (rires). Chant, guitare, clavier, bugle… Dans la composition des chansons, j’ai pensé à cette diversité. Il y a des chansons très « chansons françaises », d’autres plus métissés, basés sur des groove (un riff de guitare). Il y a une chanson que j’aimerais construire à l’aide de boucles vocales, deux autres où nous avons enregistré une bande originale sur laquelle je chante et je danse (Et oui !). Une des chansons est un poème de Jacques Prévert que j’ai mis en musique. Tous ces instruments sont intégrés dans la scénographie, dans cette sorte de boite qui sert aussi de chambre à coucher. Une chambre de clown avec des trompettes accrochées au mur, des fils rouges qui dépassent, des boutons à fumée, des trappes qui s’ouvrent, renfermant des instruments.