Deviens qui tu es ! | Laurent Madiot
26
page,page-id-26,page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,qode-core-1.0.1,ajax_fade,page_not_loaded,,brick child-child-ver-1.0.0,brick-ver-1.3, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,side_menu_slide_from_right,fade_push_text_top,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.1,vc_responsive

LE DESTIN MOYEN D’UN MEC FABULEUX

Chansons et interprétation Laurent Madiot

Mise en scène et conception Aude Léger

Textes Laurent Madiot, Valère Novarina, Jacques Prévert (en cours) 

Scénographie et costumes Jane Joyet

Régie Clément Commien

 

Production Collectif Autruche

Avec le partenariat du Théâtre du Chevalet à Noyon, de la Manekine à Pont-Saint-Maxence, de la ville de Morsang sur Orge et de la Maison du Conte à Chevilly-Larue. Autres partenariats en cours.

QUÈSACO ?

On est tous des êtres fabuleux. Et on a tous besoin de se raconter des histoires, des contes de fées, de bandits, des faits divers ou des apprentis-chanteurs dans les télés réalités. On aime voir la vie des autres. On va au spectacle pour s’évader de notre réalité et pour écouter le récit d’une autre réalité.

Laurent Madiot est un des nombreux Van Gogh de la chanson. Dans « le destin moyen de d’un mec fabuleux », il nous plonge dans son journal intime où il passera en revue ses nombreux succès d’estime, ses rêves manqués de peu, mais aussi ses sources d’inspiration, ses cris de colère et d’amour. Un journal intime pour se résilier, rire de lui et de notre époque.

INTERVIEW

Aude Léger :Le destin moyen d’un mec fabuleux, c’est quoi ?Laurent Madiot : Un spectacle où il sera question que de moi ! Génial. Moi, mes chansons, mon univers, mes maladresses, mes espoirs, mes coups de gueule, mes instruments, ma voix, mon corps. C’est le journal intime d’un mec qui voulait être Mickaël Jackson et qui découvre qu’il est mieux que ça, qu’il est lui même. C’est l’apprentissage de la résilience, du bonheur.

J’ai envie de venir sur scène et de jouer carte sur table. J’ai bientôt cinquante balais, je fais de la chanson depuis longtemps, je n’ai pas obtenu ce que j’espérais mais qu’est-ce que j’espérais vraiment ? Loin d’un spectacle bilan de carrière, loin d’une quelconque rancune ou jalousie, je souhaite avant tout rire de moi et de nous. Je souhaite proposer une heure d’enfantillage, de jeux, de chansons, de non prise au sérieux, je souhaite par ce spectacle faire tout (du moins une partie) de ce que je rêve de faire sur scène. Ces dernières années, j’ai beaucoup joué dans des spectacles musicaux de chansons, avec mon groupe Les fouteurs de joie bien sûr mais aussi avec The Joe’s, The Nino’s ou plus anciennement avec Le petit monde de Georges Brassens. Après toutes ces aventures, j’ai envie de créer une forme solo ultra sincère ou chansons anciennes et nouvelles se mêlent à des anecdotes, des pirouettes philosophiques, des réflexions, des clowneries, ou en me racontant, j’espère raconter notre petite humanité qui est en nous tous.

AL :Un seul en scène donc ?

LM : Oui ! La forme solo me permet aujourd’hui de proposer un projet plus personnel. Le point de départ serait de rassembler de la matière diverse; des chansons, des textes, des idées, des choses écrites ces dernières années, en tournée ou dans mon jardin et de construire et d’inventer un récit avec tout ça. Et avec toi bien sûr. Tu veux bien ?

AL : Oui d’accord je veux bien.Des chansons, des textes, des numéros foufous, un spectacle hybride donc ?

LM : Hétéroclite, multiple, iconoclaste, kaléidoscopique… Un tantinet absurde pour plus de drôlerie et de vérité. Entre Topor et Brassens, tu vois ?

AL : Non.

LM : Ok. Disons alors entre un Bourvil rock n’roll et un Dutronc souriant ?

AL : Toujours pas.

LM : Ok. Disons entre moi et moi.

AL : Hum… et tu voudrais que je te mette en scène.

LM : Ah oui !Ton regard à la fois précis et exigeant – si je puis me permettre – de metteur en scène m’a vraiment frappé lorsque nous avons travaillé ensemble sur le spectacle La tête de l’emploi. Tu as une façon singulière de lutter contre la pesanteur des choses qui m’a touché.

AL : Merci. Sympa. Un silence. L’interview reprend. Pourquoi ce titre : le destin moyen d’un mec fabuleux ?

LM : J’aime beaucoup ce titre, ça fait conte de fée boiteux. Et ça résume bien ma vie. J’ai mis du temps à accepter ce boitement. Mais une fois accepté, c’est génial. Et j’ai la prétention de croire qu’on est tous un peu des boiteux. Je crois que ce titre parle aux gens, c’est accrocheur comme on dit dans la pub…

AL : On dit ça dans la pub ?

LM : Non. J’en sais rien. Pour moi c’est plus intéressant de raconter le destin moyen d’un mec fabuleux que l’inverse. Je n’en peux plus des héros, des récits extraordinaires, des destins fabuleux. Ce sont les Hommes qui m’intéressent. Ce qu’ils sont. Même le dernier des crétins a quelque chose de fabuleux. Re-regarde l’émission Striptease.

AL : Mais le personnage, c’est toi ? En fait il n’y aurait pas de personnage ?

LM : Ce sera mon clown si tu vois ce que je veux dire… Tu as vu les Fouteurs de joie je crois ?

AL : Oui, super !

LM : Et bien ce mec pas sûr de lui qui vient raconter son histoire d’itinéraire, ce lourdaud un peu lunaire et tellement seul qu’il raconterait n’importe quoi pour exister, tu vois ?

AL : Oui.

LM : Et bien lui, ce sera moi.

AL :Qu’en est-il des chansons, du travail musical ?

LM : On piochera dans mes tiroirs des nouvelles choses et aussi dans mes albums précédents. On en tirera une douzaine de chansons. Et puis j’imagine des prises de paroles écrites, finement ciselées tout en faisant croire qu’elles sont improvisées. Et puis aussi, un peu de visuel pour reposer le spectateur. A nous d’agencer tout ça de façon cohérente, comme pourrait le faire un monteur de cinéma en trouvant la meilleure façon d’enchainer les séquences d’une même histoire. Et puis avec Clément Commien, notre régisseur-créateur sonore, nous allons créer une bande son qui viendra faire le lien et enrichir la dimension acoustique du projet.

Enfin niveau scénographique, j’aime beaucoup la proposition de Jane qui est d’enfermer tous mes instruments dans une grande malle à roulettes que je déplierai au fur et à mesure du spectacle et qui finirait en castelet de théâtre…

 

F

DEVIENS QUI
TU ES !

 

Seul en scene de et avec Laurent Madiot
Création au Festival d’Avignon 2015

Seul en scène musical et humoristique de et avec Laurent Madiot.
Mise en scène : Jeanne Plante
Création lumières : Jérôme Jouvent
Collaboration artistique : Anne-Laure Czapla
Costume (petite sirène) : Martha Roméro
Photos et graphisme : Marylène Eytiers
Production : Collectif Autruche

RESUMÉ

« Il était une fois un petit garçon qui rêvait de devenir un héros et de rencontrer une princesse… »
Ainsi commence ce conte musical humoristique…
De situations incongrues en événements familiers, de personnages
décalés en chansons corrosives, dans cette comédie du quotidien,
Laurent MADIOT va tenter de « devenir qui il est ! ».

NOTE D’INTENTION

« J’écris des chansons et je suis comédien.
Tantôt sur les scènes pour y chanter, tantôt pour y jouer. Une envie profonde et lointaine me dicta d’écrire ce spectacle, mêlant chansons et théâtre ;
Une comédie musicale pour un interprète, plusieurs personnages et des chansons.
J’y raconte avec humour mon parcours. Le parcours d’un homme qui s’est longtemps cherché.
Une route parsemée de fantasmes, d’envies, une route qui m’a fait avancer certes mais dériver aussi. Dériver loin de moi.
J’y raconte la quête d’un homme qui tente de devenir soi.
Avec ce nouveau spectacle, je souhaite concilier mon amour du théâtre avec celui de la chanson en mettant en valeur le « clown » qui est en moi ! »

Laurent MADIOT

Fiche technique

DEVIENS QUI TU ES ! a été créé le 28 fév 2015 dans les salons du château de Morsang/Orge.
Résidences de création à Morsang/Orge (91) en Fév 2015 & à la M.C.L de Gauchy (02) en sept 2014.
Avec le soutien du Conseil Général de l’Essonne, de F2F Music, du CNV et de la SACEM.